Lise en bleu
Lise en bleu
Marie-Antoinette
Marie-Antoinette

Volume jupon,  Vêtements cousus main et machine, Paris 2009

Jupons, chemises de nuits fripées,
pyjamas passés, combinaisons oubliées, 
A fleurs fleurettes, semis de myosotis,
roses des prés, lits de pâquerettes, 
Broderies et pétales, dentelles et jours, restes de nuits.
Il y a eu ce film de Sofia Coppola, costumes grandioses
pour une fin échafaud.
Et cette pub pour des foies gras, 
Marie Antoinette glissant, en perruque et rollers,
à travers des salons lambrissés.
Glissant sur un monde lisse de décors glacés,
en se goinfrant de petits pains au pâté.

Image 2.jpg
Les beaux mariages
Les beaux mariages

Robe à traîne basse de 4m, Vêtements cousus main, Paris 2010

Parce qu’avec des loques, on peut faire des fleurs.
Avec de vieilles histoires, de vieux bouts usés, râpés,
froissés, déchirés, chiffonnés, on peutdépasser
les apparences d’un triste ordinaire et construire du sublime. 
Des jupons de filles, chemises de garçons, pyjamas de bébé,
dentelles et crochet, pour une histoire de vie.

Les beaux mariages
Les beaux mariages

détails

Les beaux mariages
Les beaux mariages

détails

Les beaux mariages
Les beaux mariages

détails

Noces de sang
Noces de sang

2m 50, 1m50 x 2m50, Vêtements cousus main et machine, Paris 2011

Gitan géant
Pour une romance gitane
Saltimbanque au singe
Bruant et son écharpe rouge
Rouge de noces et de sang,
De toujours, à jamais,
D’un cœur qui bat, 
D’un feu qui couve, 
D’un lien qui se rompt.

Rouge de vie et de mort,
Du sang des blessures, 
De celui des naissances.

Rouge de rien et de tout,
Rouge vernis, d'une griffe de jeune fille, 
Rouge révolution d'œillet d'Avril, 
Rouge du petit chaperon, 
De la gueule du loup, 
De la cape d’un cardinal, 
Du pompon des marins, 
Du soleil qui se noie, 
Et du rire des fous.

Les noces de sang
Les noces de sang

détails

Les noces de sang
Les noces de sang

détails

Soleil
Soleil

Volume sphère de 2m de diamètre, Vêtements cousus main et machine, Paris 2012

Lumière qui s’enfuit, se cache, 
Anne ma sœur, sous ta peau d’âne. 
Lumière qui paraît, fuse,  jaillit, éclate,
se fracasse en soleil, et enfin, resplendit. 
Une robe de fée, faite de loques, vieilles fariboles.
Leur présence, rubans et dentelles, pour une renaissance.

Soleil
Soleil

détails

Le Passeur
Le Passeur

212 x 190 cm, Chemises cousus main et machine, Paris, 2010                                                                                                   

Comme les miroirs retiennent en leur éclat, les âmes de ceux qui les ont visités, les vêtements portent à jamais en leurs fibres, l’empreinte des corps qui les ont habités.

Ils gardent en mémoire les plis des articulations, les tensions des mouvements, la moiteur des émotions, le parfum des danses, et tous les silences accumulés, les cris retenus, ou lancés à la volée. 

Ils gardent, au fil de leur usure, la trace des êtres qui les ont portés, la trace de leur passage. 

Et passant de l’un à l’autre, ils en deviennent eux même la trace.

De l’homme ou du vêtement, qui est le passeur ?

Le passeur
Le passeur

détails

DSCN5118.jpg
La Maison des Voisins
La Maison des Voisins

234 x 150 cm, chemises, points de bâtis, et épingles, Gatineau 2013                                                                                              

Ils sont comme les cinq doigts de la main, 
S'entendent comme cul et chemise,
Ce sont des voisins.
Bras dessus bras dessous,
Les voisins de la maison des voisins.

La Maison des Voisins
La Maison des Voisins

détails

La Maison des Voisins
La Maison des Voisins

détails

Lise en bleu
Marie-Antoinette
Image 2.jpg
Les beaux mariages
Les beaux mariages
Les beaux mariages
Les beaux mariages
Noces de sang
Les noces de sang
Les noces de sang
Soleil
Soleil
Le Passeur
Le passeur
DSCN5118.jpg
La Maison des Voisins
La Maison des Voisins
La Maison des Voisins
Lise en bleu
Marie-Antoinette

Volume jupon,  Vêtements cousus main et machine, Paris 2009

Jupons, chemises de nuits fripées,
pyjamas passés, combinaisons oubliées, 
A fleurs fleurettes, semis de myosotis,
roses des prés, lits de pâquerettes, 
Broderies et pétales, dentelles et jours, restes de nuits.
Il y a eu ce film de Sofia Coppola, costumes grandioses
pour une fin échafaud.
Et cette pub pour des foies gras, 
Marie Antoinette glissant, en perruque et rollers,
à travers des salons lambrissés.
Glissant sur un monde lisse de décors glacés,
en se goinfrant de petits pains au pâté.

Les beaux mariages

Robe à traîne basse de 4m, Vêtements cousus main, Paris 2010

Parce qu’avec des loques, on peut faire des fleurs.
Avec de vieilles histoires, de vieux bouts usés, râpés,
froissés, déchirés, chiffonnés, on peutdépasser
les apparences d’un triste ordinaire et construire du sublime. 
Des jupons de filles, chemises de garçons, pyjamas de bébé,
dentelles et crochet, pour une histoire de vie.

Les beaux mariages

détails

Les beaux mariages

détails

Les beaux mariages

détails

Noces de sang

2m 50, 1m50 x 2m50, Vêtements cousus main et machine, Paris 2011

Gitan géant
Pour une romance gitane
Saltimbanque au singe
Bruant et son écharpe rouge
Rouge de noces et de sang,
De toujours, à jamais,
D’un cœur qui bat, 
D’un feu qui couve, 
D’un lien qui se rompt.

Rouge de vie et de mort,
Du sang des blessures, 
De celui des naissances.

Rouge de rien et de tout,
Rouge vernis, d'une griffe de jeune fille, 
Rouge révolution d'œillet d'Avril, 
Rouge du petit chaperon, 
De la gueule du loup, 
De la cape d’un cardinal, 
Du pompon des marins, 
Du soleil qui se noie, 
Et du rire des fous.

Les noces de sang

détails

Les noces de sang

détails

Soleil

Volume sphère de 2m de diamètre, Vêtements cousus main et machine, Paris 2012

Lumière qui s’enfuit, se cache, 
Anne ma sœur, sous ta peau d’âne. 
Lumière qui paraît, fuse,  jaillit, éclate,
se fracasse en soleil, et enfin, resplendit. 
Une robe de fée, faite de loques, vieilles fariboles.
Leur présence, rubans et dentelles, pour une renaissance.

Soleil

détails

Le Passeur

212 x 190 cm, Chemises cousus main et machine, Paris, 2010                                                                                                   

Comme les miroirs retiennent en leur éclat, les âmes de ceux qui les ont visités, les vêtements portent à jamais en leurs fibres, l’empreinte des corps qui les ont habités.

Ils gardent en mémoire les plis des articulations, les tensions des mouvements, la moiteur des émotions, le parfum des danses, et tous les silences accumulés, les cris retenus, ou lancés à la volée. 

Ils gardent, au fil de leur usure, la trace des êtres qui les ont portés, la trace de leur passage. 

Et passant de l’un à l’autre, ils en deviennent eux même la trace.

De l’homme ou du vêtement, qui est le passeur ?

Le passeur

détails

La Maison des Voisins

234 x 150 cm, chemises, points de bâtis, et épingles, Gatineau 2013                                                                                              

Ils sont comme les cinq doigts de la main, 
S'entendent comme cul et chemise,
Ce sont des voisins.
Bras dessus bras dessous,
Les voisins de la maison des voisins.

La Maison des Voisins

détails

La Maison des Voisins

détails

show thumbnails